Jan 18

LA BENEDICTION DE MARIAGE, EST-ELLE BIBLIQUE ? OU LA DESTRUCTION DU TROISIEME PILIER Partie 1

I.0. Introduction

« La Parole Parlée est la Semence Originelle… Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre ; …Il créa l’homme et la femme, il les bénit, et il les appela du nom d’homme lorsqu’ils furent créés… », (Gen. 1 : 28 ; 5 : 2).«Quiconque croit en lui ne sera point confus. Il n’y a aucune différence, en effet, entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur, qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent », (Rom. 10 : 11-12).

Une expérience douloureuse : Genèse

Il y a dans la vie de tout homme, de tout véritable serviteur de Dieu des évènementset descirconstances qui surgissent, qui paraissent être paradoxales, et que la petite intelligence humaine ne peut saisir. Mais, comme le dit l’écriture, « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein », (Rom. 8 :  28). Cet amour nous aide donc à tout jeter derrière nous, et à garder les regards sur celui qui est le chef et le consommateur de la foi que nous professons, Jésus.

Dieu dit à l’homme et à sa femme : « Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre ». Dieu est égal à sa parole parlée ; ce qu’il a dit il l’a dit ; et ce qu’il n’a pas dit n’existe pas. C’est pourquoi frère Branham a prêché la prédication ‘‘La Parole Parlée est la Semence Originelle’’, [La Parole Parlée est la semence originelle, p. 5]. Ainsi ce que Dieu n’a pas dit vient de l’homme, et c’est une source certaine de désordre.

Un frère prédicateur a épousé ma fille dernièrement. Il a remis dot, cadeaux et tout ce qui lui a été demandé, selon la coutume. C’était au mois d’août 2017. La fille était désormais sa femme, par le fait qu’il n’était plus redevable à la famille. La seule condition que je lui avais donnée a été que le mariage fût d’abordenregistré au service d’Etat Civil. Ce qu’il accepta volontiers. Et Il ajouta que son souhait était, considérant qu’il venait de commencer le travail en avril 2017, et qu’il n’avait pas assez de moyens, qu’après la commune, ils se dirigeassent directement à leur domicile ; autrement dit, sans ce qu’on appelle réception du mariage avec beaucoup d’invités.

Cette proposition fut la cause de malentendu et de ‘‘discorde’’entre le serviteur de Dieu, la famille et l’église. Moi non plus je n’en étais pas d’accord. Ma position a été dictée par le fait que la jeune fille a grandi dans ce quartier ; qu’elle était connue de beaucoup de filles, et de mamans. La conduire directement chez son mari après l’enregistrement de l’union devant l’Officier de l’Etat Civil, ce serait une déception pour elle, et cela risquerait de l’accompagner toute sa vie. Et moi j’argumentais qu’il n’était pas de bon aloi qu’une fille de pasteur puisse aller chez son mari sans une réception, si sobre fût-elle, question de formalité.

Le frère avait semblé être d’accord avec la proposition. Mais ailleurs, j’apprenais qu’il n’était pas très chaud avec cette pensée ; et qu’il avançait ses raisons : il travaille, il rentre tard à la maison ; il n’a personne pour lui préparer la nourriture pendant la pause ou le soir ; il dit que c’était la raison pour laquelle il a fait tous ces sacrifices et contracté des dettes, pour recevoir sa femme sans délai. Et moi je le comprenais ; car quelqu’un qui a déjà doté, pourquoi ne devrait-il pas vivre avec sa femme ? C’était devenu un véritable casse-tête. Le mois de septembre passa.

Un jour, parlant avec mon épouse je lui ai dit qu’il était possible d’avancer alors la date du mariage au 13 décembre au lieu du 23 décembre arrêtée initialement.

La tendance était donc à avancer la date du ‘‘mariage’’, lorsqu’un jour nous apprîmes,début octobre, que la femme était grosse ! Cela a affecté beaucoup la famille et l’église.

La cause de discorde

Fallait-il bénir ou non,dans ces conditions,cette union devant l’église ? Un casse-tête… …[…LIRE PLUS]…..

ou télécharger gratuitement la version pdf en Cliquant sur le bouton suivant:

telecharger_pdf

 

Share this on:

Déc 29

VOEUX DE NOUVEL AN 2018

Share this on:

Déc 14

MAIS NOUS FAISONS DES COMPROMIS

Il y a, en effet, surtout parmi les circoncis, beaucoup de gens rebelles, de vains discoureurs et de séducteurs, auxquels il faut fermer la bouche… enseignant pour un gain honteux ce qu’on ne doit pas enseigner. » (Tite 1 :10-11)

En Novembre 2016, j’ai accueilli dans ma maison un prédicateur venant de Lubumbashi en RDC. A Bukavu où j’habite, cet homme de Dieu à prêché dans plusieurs assemblées locales qui n’ont pas une même fondation doctrinale car ayant ceux qui croient dans la seconde venue de Jésus et ceux n’y croyant pas pour ne citer que cela.

Cela m’a suscité à lui poser une question sur comment il peut prêcher dans différentes assemblées avec des doctrines différentes. Sa réponse était « sachant la doctrine d’une assemblée, on prêche sur autre chose en ne touchant pas sur la doctrine ». Cette réponse ne m’avait pas satisfait et je suis resté en me posant des questions sur cette façon de faire.

Presque une année plus tard, au travail je parlais avec un prédicateur d’une assemblée de Bukavu et je ne sais plus comment nous sommes encore arrivé sur le même sujet, en lui posant la question il m’a répondu de la sorte « au nom de l’amour fraternel, nous sommes appelés à nous aimer bien malgré nos différences », le prédicateur a ajouté encore « je ne peux pas entrer dans une église d’autrui et prêcher différemment de sa doctrine et ses convictions et d’ailleurs dans la bible nous avons beaucoup de choses à prêcher et non seulement les points doctrinaux» sur le champs je l’ai interrompu et je lui ai demandé « les assemblées et les brebis sont pour les pasteurs ou pour Dieu ? » A cette dernière question il  a eu des hésitations de me répondre afin il me dira « beaucoup d’assemblées sont devenues des maisons des gens », sur quoi je lui ai dit « alors le Saint Esprit est en dehors des assemblées ! Et les pasteurs conduisent les églises à leurs guises et les prédicateurs prêchent selon la volonté de l’homme et non pas celle du Saint-Esprit ».

La bible nous enseigne que seule la parole de Dieu est ce qui divise et partage les gens.

Cela vient-il vraiment de Dieu les assemblées et prédicateurs qui prêchent dans toutes les assemblées en choisissant quoi dire et c’est qu’il ne faut pas dire selon la doctrine de chaque pasteur (assemblée) ? Car en le faisant, où est la conduite du Saint-Esprit dans ces prédicateurs ?

Je ne crois pas à la révélation des 7 tonnerres, comment et pourquoi prêcher dans une assemblée qui croit en ceci, mais en m’abstenant de toucher sur ce point ? Comme nous l’avons souligné encore qui conduit le culte ? Où est la place du Saint-Esprit quand un prédicateur veut plaire à un homme ?…[…LIRE PLUS]…..

ou télécharger gratuitement la version pdf en Cliquant sur le bouton suivant:

telecharger_pdf

Share this on:

Nov 16

POURQUOI BAPTISER UN CROYANT AU NOM DE JESUS-CHRIST ? Troisième Partie

POURQUOI, ENFIN, BAPTISER UN CROYANT AU NOM DE JESUS-CHRIST ?

Ceci introduit la troisième et dernière partie de cette longue série sur le baptême d’un croyant selon la recommandation de la Bible, la Parole Immuable et Eternelle de Dieu.

III.1. L’origine de la trinité

Je me suis toujours demandé d’où vient cette croyance de ‘‘trois personnes en Dieu’’. Mais avec ces travaux sur la  Divinité à Bandundu, je crois avoir une lueur de réponse un peu plus claire.

Bien que les peuples aient vécu dans une autarcie à outrance, un fait est vrai, chaque peuple avait la notion de l’existence d’un Etre Suprême qui aurait créé toute chose. L’Afrique ne pouvait faire exception. L’écriture dit : «Il a fait que tous les hommes, sortis d’un seul sang, habitassent sur toute la surface de la terre, … », (Act. 17 : 26). C’est pourquoi le sang d’un Noir peut être transfusé dans un Blanc, celui d’un Blanc dans un Jaune, etc. Deuxième chose, l’écriture nous instruit que tous les hommes partirent de l’orient : «Toute la terre avait une seule langue et les mêmes mots. Comme ils étaient partis de l’orient, ils trouvèrent une plaine au pays de Schinear, et ils s’y établirent », (Gen. 11 : 1-2). Tous s’établirent là. C’est la toute première agglomération humaine depuis la fin du déluge (Gen. 8 : 13). Et dans leur migration, ils avaient dans leur cœur la croyance en un seul Etre Suprême, créateur de toute chose, et dont la demeure était au ciel.

Au Kasaï, au centre de la RD Congo, on croyait en un Grand Dieu, éternel, et on avait des centaines, si pas des milliers, d’autres petits dieux. Dans notre langue on l’appelait ‘‘Mvidi Mukulu’’, le Grand Dieu (Mukulu = comme dans Daniel 7 : 9, l’ancien des jours, ou le vieux à adorer ; que l’on appelle aussi ‘‘Maweja Nangila, Diba Katangidi tshishiki, wa mutangila dia mosha nsese’’. Il est identifié au soleil. Il est le soleil que l’on ne peut regarder, et quiconque le fixe sera brûlé par ses rayons. L’écriture ne parle-t-elle pas de ‘‘le bienheureux et seul souverain, le roi de des rois, et le Seigneur des seigneurs, qui seul possède l’immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n’a vu ni ne peut voir, … » ?, (1Tim. 6 : 15-16)…. .[…LIRE PLUS]…..

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,

ou télécharger gratuitement la version pdf en Cliquant sur le bouton suivant:

telecharger_pdf

Share this on:

Oct 29

OU SE TROUVE LE LIVRE D’APOCALYPSE 5 : 1 ?

«Alors j’ai dit : voici, je viens (Dans le rouleau du livre il est question de moi)…, (Hébreux 10 : 7).

Il y a souvent, dans la vie de l’homme, des choses dures à avaler. Et il y en a encore davantage dans la parole de Dieu lorsqu’il s’agit du salut de notre âme. Le Seigneur Jésus, parlant à ses détracteurs pharisiens, leur dit : «Vous sondez les écritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage de moi », (Jn. 5 : 39). Autrement dit, c’est la parole de Dieu qui, si vous la lisez   dans l’intention de connaitre la vérité, si vous la lisez sous la conduite du Saint-Esprit, vous dira ‘‘Qui’’ je suis ; ‘‘D’où’’ je viens ; ‘‘Pourquoi’’ je viens, etc. Mais puisque beaucoup d’entre nous nous lisons les écrits des prophètes avec le sentiment que nous connaissons déjà tout ce qui  y est écrit, que nous n’avons besoin de rien, alors, nous en sortons tels que nous y étions entrés, c’est-à-dire, tête vide et cœur endurci.

C’est le drame des docteurs tuologiens, ou, plutôt, théologiens et de tous ces intellectuels. Car si l’Eternel Dieu a dit que ce sont des choses cachées aux uns et révélées aux autres, ce que ferait un homme sage, ce serait d’aller à genoux et implorer la miséricorde de Dieu, afin qu’il  lui ouvre les yeux spirituels et enlève du cœur le voile, « parce que c’est  en Christ qu’il disparait », (2Cor. 3 : 14). Car, est-il écrit, ‘‘qui pourra redresser ce qu’il a courbé ?’’, (Ecc. 7 : 13).

La parole de Dieu nous dit que les disciples ne comprenaient pas des choses que Jésus disait : «Mais les disciples ne comprenaient pas  cette parabole, … car ils n’avaient pas compris le mystère des pains, parce que leur cœur était endurci … Mais aucun de ceux qui étaient à table ne comprit pourquoi il lui disait cela ; car quelques-uns pensaient que…», (Mc. 9 : 32 ; 6 : 52 ; Jn.1 3 : 28-29). Mais lorsque, après sa résurrection, il les rencontra, ‘‘il leur ouvrit l’esprit afin qu’ils comprissent les écritures’’, (Luc 24 : 45). Tout ce qui a été écrit l’a été pour nous instruire. Et souvent nous commettons tous cette erreur  des apôtres : «… quelques-uns pensaient que…». Nous ne sommes pas censés ‘‘penser’’ sur la parole de Dieu ; mais nous devons d’abord en recevoir la révélation de la part de Dieu qui l’a écrite, et puis la croire.  Non pas ‘‘penser’’. Mais comme il est dit dans le monde, ‘‘Errare  humanum est’’. L’erreur est humaine. Et grâces soient rendues à Dieu notre Père par Jésus-Christ son Fils notre Seigneur, de ce que nous avons encore la grâce de reconnaitre notre erreur, et de nous en défaire. Le prophète dit qu’il aime un homme qui se mettrait debout et dirait : ‘‘J’ai tort ; pardonnez-moi’’….[…LIRE PLUS]…..

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,

telecharger_pdf

Share this on:

Oct 09

POURQUOI BAPTISER UN CROYANT AU NOM DE JESUS-CHRIST ? Deuxième Partie

La persécution

Malgré la dureté de cette persécution sanglante contre les saints de Dieu dans cet âge de Pergame, la vraie vigne, le blé, les petits troupeaux, ils n’avaient renié ni le nom de Jésus-Christ, ni la foi de Jésus. Même la mort ne les a pas séparés de l’amour de Dieu en Christ. Frère Antipas, l’un du petit troupeau resté fidèle au nom et à la foi de Jésus-Christ, a gardé le nom de Jésus, il le témoignait partout où il passait, alors que la majorité des croyants s’en étaient rétractés. Il a même accepté la mort pour n’avoir pas renié le nom glorieux de notre sauveur, Jésus de Nazareth, et sa foi. Qu’avait-il fait ? Deux témoignages des hommes fidèles à Dieu : Job et Antipas. (Job 1 : 8) : intègre, droit, craignant Dieu et se détourne du mal (Job 1 : 8) ; Antipas : mon témoin fidèle (Ap. 2 : 13). Puisse-je, moi aussi, être l’un d’eux, mon Seigneur !

Pourquoi une persécution si haineuse ?

«On m’a haï sans cause », (Jn. 15 : 25)

Le Seigneur l’a dit : « … qui a été mis à mort, là chez vous, où Satan a sa demeure ». Où c’est ? A Rome, la prostituée aux mains ensanglantées, (Ap. 17 : 6).  Satan ne pouvait supporter que les gens qui étaient fidèles à Jésus-Christ et qui professaient sa foi et son nom purent circuler librement dans Rome. C’était comme un défi, une provocation de la part des chrétiens. Nous rappelons que le trône de Satan avait été installé initialement à Babylone. Avec l’attaque des Perses et Mèdes, le roi-prêtre, Attalos III, (138-133), s’enfuit en Grèce, précisément à Pergame. Plusieurs années plus tard, il légua Pergame à Rome. Pour quelle raison ? Dieu seul le sait. Mais ni un hasard ni une coïncidence. Non. Le Seigneur accomplissait son dessein arrêté dès avant la fondation du monde sur Rome. Amen. Une persécution semblable attend de petits troupeaux restés fidèles à Jésus-Christ à travers le message prêché par son serviteur fidèle, W. M. Branham. Ceux qui seront restés  fidèles au message seront obligés d’arrêter de prêcher. Que cela vienne vite, Seigneur !

Le diable ne peut laisser tranquille l’Evangile de notre salut. S’il a haï sans cause la Parole faite chair, le Seigneur Dieu lui-même, le Fils de Dieu, allait-il tolérer Son Eglise ? Non. Le Seigneur n’a-t-il pas répondu ainsi aux filles de Jérusalem qui l’accompagnaient au calvaire : «Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants… Car s’il l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ? », (Luc 23 : 28, 31). Il fallait que les écritures s’accomplirent, car il a été écrit : «Je frapperai le berger, et les brebis seront dispersées », (Mc. 14 : 27). Ce sont deux ennemis mortels, l’un contre l’autre….[…LIRE PLUS]…..

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,

telecharger_pdf

Share this on:

Sep 21

POURQUOI BAPTISER UN CROYANT AU NOM DE JESUS-CHRIST ?

Première Partie

« Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c’est le premier commandement avec promesse) afin que tu  sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre… Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », (Eph. 6 : 1-2 ; Matt. 28 : 19).

  1. Le baptême d’eau

figure parmi tant de sujets qui troublent plusieurs personnes, des églises, des assemblées issues du message de W. M. Branham et des éminents théologiens du monde du christianisme. Cela n’est pas étonnant pour quiconque est du nombre de « Ceux qu’il a connus d’avance », (Rom.8 : 29). C’est là tout le problème. La source de ce trouble a son origine dans l’entêtement, l’ignorance et l’aveuglement, parce que les gens ne veulent pas s’en tenir à ce qui est écrit, et ils ne comprennent pas ce qu’ils lisent. Le baptême d’eau est l’une des trois ordonnances que nous a recommandées le Seigneur Jésus-Christ avant son ascension. Il y a donc le baptême d’eau (Mc. 16 : 16), le lavage de pieds (Jn. 13 : 12-15) et la sainte cène (Mtt.26 : 19-20).

Elles sont des choses extérieures, mais des choses physiques, certes, mais des symboles expressifs, pleins de vitalité, semblables à certaines ordonnances de l’Ancien Testament qui, malheureusement, elles aussi, finirent dans l’abus. Il en est de même de ces trois recommandations nous laissées par notre Seigneur. Mais par ignorance et l’aveuglement des conducteurs des églises et assemblées issues du message de Branham, elles sont pratiquées à loisir, sans se préoccuper de leur sens véritable. Nous allons donc nous focaliser sur le baptême d’eau, où certains baptisent la tête vers l’Est, les autres baptisent au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, d’autres baptisent trois fois, une fois pour le Père, une fois pour le Fils et une fois pour le Saint-Esprit. D’autres baptisent, aujourd’hui, au nom de Branham ; d’autres, enfin,  rebaptisent dans le nom de Yahschua ceux qui avaient été baptisés au nom de Jésus-Christ. Quel imbroglio, pour des choses qui sont censées concerner notre vie éternelle !

Le Seigneur de gloire a loué son Père pour avoir caché ces choses, notamment le mystère de la Divinité : « Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi », (Mtt. 11 : 25-26). C’est sa volonté, car qui pourra redresser ce qu’il a courbé, (Ecc. 7 : 13).

Si la bonne volonté, si la sincérité et le désir de connaitre la vérité de Dieu était  suffisant pour être sauvé ; si la foi, seule, était nécessaire pour obtenir le salut,  beaucoup de gens honnêtes et sincères qui ont traduit la Bible dans plusieurs langues, voire  plusieurs dialectes, auraient été des maîtres dans l’enseignement des écritures saintes. Mais hélas ! Il est écrit qu’il ne s’agit pas de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde à qui il veut, (Rom. 9 : 16, 18). Et le Seigneur est clair sur ce point car il dit : «Je te loue Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants ».[…LIRE PLUS],

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,telecharger_pdf

Share this on:

Août 17

Jean Un – Un, ou l’ivresse des théologiens Selon la Bible et le Message de W.M. Branham

« Au commencement était la parole, la parole était Avec Dieu, et la parole était Dieu »,  (Jean  1 : 1).

Entêtement des théologiens

Frère Branham nous signale la difficulté qu’eurent les spécialistes et les experts en langues d’ancien temps à parvenir à s’accorder sur le sens d’un mot. Le débat était tellement houleux que les historiens dirent que le monde a été divisé à cause d’une diphtongue. Il rapporte : « Il n’y a guère d’érudits qui ne croient pas que le Nouveau Testament orignal était en grec. Tous nos grands érudits en ce qui concerne la Bible ont dit que Dieu a donné au monde trois grandes nations, avec trois grands apports à la cause de l’Evangile. Il nous a donné les Grecs, qui ont donné une langue universelle. Il nous a donné les Juifs, qui nous ont donné la vraie religion et la vraie connaissance de Dieu à travers le Sauveur. Il nous a donné les Romains qui nous ont donné un empire unifié avec un appareil juridique et un réseau routier. Ainsi nous avons la vraie religion, la langue qui permet de la transmettre à de nombreux peuples, et l’Etat et les routes qui constituent des conditions matérielles favorables à sa diffusion. Et, historiquement, cela semble être tout à fait vrai. Et aujourd’hui, nos hellénistes disent que si l’étudiant du texte grec est un grammairien expert et précis, il peut véritablement savoir ce qu’enseigne la Parole du Nouveau Testament », [Exposé des Sept Ages de l’Eglise, p. 31].

On dirait que tous ces spécialistes et experts en langues ne lisent pas la Bible que nous nous lisons. Sinon ils verraient que la Bible n’a pas besoin des experts pour être comprise, car n’ayant pas été écrite par des experts. La Bible demande que l’on reçoive le Saint-Esprit pour que l’on puisse la comprendre : « sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière (humaine), car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a  jamais été apportée, mais c’est poussé par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu », (2Pier. 1 : 20-21). Mais le péché est têtu ! … (LIRE PLUS…)

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,
telecharger_pdf

 

Share this on:

Juil 14

Sur les traces du serpent, Selon la Bible et le Message de W.M. Branham

« Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon », Genèse 1 : 31.

Au commencement Dieu créa les cieux et la terre, avec tout ce qui s’y trouve, depuis Genèse  chapitre 1 au verset 31, comme cela est écrit. Et l’écriture dit : « Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon », (Gen. 1 : 31)
Dieu n’a pas créé une chose mauvaise, il n’y a en lui rien de mal, « car il ne peut être tenté  par le mal », (Jacq. 1 : 13). Dieu n’a pas créé le diable et Satan, selon ce qui est écrit : « Tu  mettais le sceau à la perfection, tu étais plein de sagesse, parfait en beauté. Tu étais en Eden, le jardin de Dieu ; … tu étais un chérubin protecteur, aux ailes déployées ; je t’avais placé et tu étais sur la sainte montagne de Dieu ; … tu as été intègre dans tes voies, depuis le jour où tu fus créé jusqu’à celui où l’iniquité a été trouvée chez toi », (Ez. 28 : 12, 13, 14, 15). Mystère ! Toute la parole de Dieu est mystère. Dieu vit tout ce qu’il avait fait et  voici, cela était très bon. Qui pouvait soupçonner le moindre mal dans tout cela ? Dieu n’est pas l’auteur du mal qui détruit l’homme et la terre aujourd’hui. L’homme s’autodétruit.

Dieu à l’homme au commencement : « Puisque tu as écouté la voix de ta femme, (=l’église)  et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : Tu n’en mangeras   point ! Le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie. Il te produira des épines et des ronces … C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière. », (Gen. 3 : 17-19). Le père de Noé l’a bien exprimé avant nous lorsqu’il dit : « il lui donna le nom de Noé en disant : Celui-ci nous consolera de nos fatigues et du travail pénible de nos mains, provenant de cette terre que l’Eternel a maudite », (Gen. 5 : 29). Ceci concerne la vie de l’homme de chaque jour, telle que nous la subissons aussi aujourd’hui, que l’on soit riche ou pauvre, homme ou femme, grand ou petit, Noir ou Blanc. C’est l’homme qui est l’auteur du mal sur la terre ; c’est l’homme qui détruit la terre, (Apoc. 11 : 18). La pollution atmosphérique, des assassinats, l’adultère, le racisme, le tribalisme, l’égoïsme, le capitalisme, la polygamie, le communisme, l’incrédulité, l’alcool, le tabac, la quête effrénée de l’argent et de la  richesse,  la rébellion, la jalousie, la calomnie, l’idolâtrie, le mensonge, l’homosexualité, (Rom. 1 : 18-31), le transgenre, la destruction de la famille, le catholicisme, le protestantisme, voilà ce qu’est la sagesse et l’intelligence de l’homme ;  résultat : détruire et se détruire…..(     )

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,

telecharger_pdf

Share this on:

Mai 30

QUE LE PECHE EST TETU !

« Ils veulent être des docteurs…, mais ils ne comprennent ce qu’ils disent, ni ce qu’ils affirment … Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous (=Eglise) de faux docteurs qui introduiront des sectes pernicieuses …, et qui reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine», (1Tim. 1 : 7 ; 2Pier. 2 : 1).

Aussi vrai que Dieu sème ses fils par l’intermédiaire de ses fils serviteurs, il est aussi vrai que le diable sème ses fils à travers ses serviteurs…

Cliquez ICI pour continuer la lecture de l’article,

telecharger_pdf

Share this on:

Articles plus anciens «

« Articles plus récents